Parti Socialiste - Section d'Evreux
Parti Socialiste - Section d'Evreux

[Propositions] ENRACINER L’UNIVERSITÉ A ÉVREUX !

0 commentaire Le par

Le 20 octobre dernier, l’Université Rouen-Normandie a acté la fin du parcours de droit à Évreux (les deux premières années de licence, la troisième année étant dispensée à Rouen). Cette décision marquante s’accompagne de l’annonce d’un vaste plan de modernisation du campus ébroïcien (dont l’antenne universitaire de Tilly) au cours duquel de nouvelles filières seront proposées et 5 millions d’euros seront investis.

TROUVER DE VÉRITABLES SOLUTIONS POUR LES ÉTUDIANTS D’ÉVREUX

Nous voulons d’abord adresser un mot aux étudiants d’Évreux et à leurs parents pour leur dire notre solidarité. En effet, vous n’êtes pas responsables des difficultés de l’antenne universitaire de droit. Ces difficultés, elles viennent de loin. Et ces difficultés débouchent sur un constat particulièrement difficile à admettre, sur les 132 étudiants inscrits en première année en 2017, seuls 15 étudiants au final seront admis à la fin de leur deux années de droit à Evreux. Cette situation n’est pas satisfaisante. Au contraire, il faut désormais proposer un véritable avenir à tous les jeunes Ébroïciens concernés. C’est le sens des propositions que nous formulons.

Il faut également s’adresser à celles et ceux qui réussissent leurs études à Évreux et qui devront dorénavant aller à Rouen. À ceux-là, nous voulons dire notre admiration et présenter nos encouragements. Cette décision de fermeture du site d’Évreux vous impacte directement. À Rouen ou à Caen, la vie est plus chère. Ce n’est pas juste. C’est pourquoi, l’opposition d’Évreux demande des mesures concrètes pour vous aider. Nous demandons ainsi à la Région Normandie de créer en urgence un groupe de travail afin de vous accompagner financièrement (bourse dédiées, logement du CROUS, aide à la mobilité) et ce, dès la rentrée 2018. Vous êtes une part de l’avenir Évreux. Vous méritez d’être soutenus.

LES MENSONGES DE GUY LEFRAND

M. Lefrand, qui, sans hésiter, a accepté la fermeture du collège Pablo Neruda, se pose maintenant comme un opposant farouche à la fermeture d’un établissement en oubliant qu’il est lui-même responsable de la situation actuelle.

En effet, depuis 2014, plutôt que de soutenir la Fac de Tilly, M. Lefrand n’a cessé de lui savonner la planche. Regardons les faits. En 2014, lorsque la Gauche était aux responsabilités à la Mairie d’Évreux, le soutien de l’agglomération d’Évreux à Tilly était de 228 283 euros. Tournons-nous maintenant notre regard vers le département, où M. Lefrand a placé tous ses « amis » aux meilleurs postes et comparons. À l’époque de la Gauche (2014), le soutien du département de l’Eure à l’antenne de Tilly était de 323 000 euros. En faisant une simple addition, nous pouvons donc constater qu’entre 2014 et 2017, les collectivités gérées par la droite (Département et Agglomération d’Évreux) ont fait passer la subvention annuelle de Tilly de 551 283 euros (2014) à… 230 800 € euros en 2017. Soit une diminution de subvention de 58% de l’aide ! Est-ce tout le mal qu’ont fait les amis de Guy Lefrand ? Non, car il y a encore la Région Normandie.

Rappelons-nous que pour les élections régionales, M. Lefrand demandait aux Ébroïciens de soutenir sa liste pour, citons-le, « défendre les intérêts d’Évreux ». Les Ébroïciens qui ont voté pour lui peuvent le remercier : le jour du vote de la fermeture de l’antenne de droit de Tilly par le Conseil d’administration de l’Université, ni l’élue titulaire qui représente la Région, Madame Guegot, ni sa remplaçante ébroïcienne Madame Beauvillard, n’étaient présentes pour défendre nos étudiants ! Où étaient-elles ? Personne ne le sait.

En revanche, Monsieur Lefrand était évidemment bien présent comme à son habitude quand il fallait se faire prendre en photo devant la presse après quatre années d’inaction. N’est pas De Gaulle qui veut…

LE SYMBOLE DE L’ECHEC DE GUY LEFRAND

Mais il faut être clair. Avec cette décision de l’Université de Rouen Normandie, les étudiants et futurs étudiants d’Évreux paient surtout au prix fort des années de déclassement d’Évreux et de baisse de l’attractivité de notre ville. Récemment encore, le magazine L’Express a ainsi classé Evreux à la 88ème place (sur 98) dans la seule catégorie des villes où « il y fait bon vivre » et 78ème (sur 98) dans la catégorie où « il y fait bon travailler ».

Le maire et sa politique conservatrice contribue d’ailleurs largement à l’image désastreuse de la capitale de l’Eure. En vidant le centre-ville pour développer d’immenses zones commerciales en périphérie, en tournant le dos au monde de la culture, de la vitalité, de la modernité, pour favoriser uniquement les manifestations folkloriques à sa gloire, M. Lefrand plombe totalement notre ville. Quel étudiant peut être attiré par une ville fantôme le soir ?

ENRACINER L’UNIVERSITÉ A ÉVREUX

Notre agglomération de 100 000 habitants a pourtant le potentiel nécessaire sur le plan culturel, sportif, éducatif et associatif pour accueillir ces étudiants.

Mais plutôt que de s’arc-bouter sur le passé, il est urgent de tourner la ville vers des filières d’avenir. Il suffit pour cela de regarder le succès de notre IUT capable d’attirer la jeunesse de tout l’Eure et au-delà et qui offre aux jeunes Ébroïciens de formidables débouchés professionnels.

L’Université prévoit d’ailleurs à travers le Contrat de plan État Région (CEPR) l’investissement de 5 millions d’euros sur l’enseignement supérieur à Évreux. Plusieurs pistes de nouvelles filières particulièrement enthousiasmantes sont également évoquées. Il s’agit de :

§ l’ouverture d’une licence en « sanitaire et social » ;

§ de la conception d’une licence pour préparer les étudiants aux concours pour devenir « professeurs des écoles »

§ de la création d’une licence professionnelle et d’un master dans la filière pharmaceutique « master en filière pharmaceutique » qui serait un immense atout.

L’opposition propose que cette main tendue soit saisie, et qu’une grande réflexion soit menée pour doter Évreux d’un pôle universitaire d’excellence directement relié aux filières économiques d’avenir de notre territoire : chimie, pharmaceutique, sanitaire et social. Ces pistes le montrent, de véritables opportunités existent pour notre jeunesse en lien avec nos PME et nos TPE. Pour elle, travaillons ensemble à l’avenir du territoire.

Article de @parisnormandie du 15 février 2018

 

Article de @LaDépêche du vendredi 16 février 2018

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

« Parc Viking – Une première victoire pour les gens sérieux !   Communiqué du groupe municipal La Gauche Rassemblé   A l'occasion du Conseil d'agglomération d'Évreux Porte de Normandie
Le par

Les derniers contenus multimédias