Parti Socialiste - Section d'Evreux
Parti Socialiste - Section d'Evreux

[#Désintox] Quand M. Lefrand…ment (encore)

0 commentaire Le par

A nos fidèles lecteurs.

Vous trouverez ci-dessous une lettre ouverte que les élus du groupe d’opposition d’Evreux ont envoyé à leurs collègues de l’agglomération pour protester contre les mensonges de Guy Lefrand en plein Conseil d’agglomération sur l’antenne de droit de Tilly .

Parce que nous avons démontré la semaine dernière la responsabilité de la droite locale à l’Agglomération, au Département (avec la baisse de moitié des subventions à la Fac!), et à la Région (avec l’absentéisme de Madame Beauvillard), M. Lefrand a complètement perdu le contrôle devant le Conseil communautaire et a délibérément falsifié les faits.

Nous vous invitons à découvrir cette nouvelle #désintox des mensonges de M. Lefrand.

Accrochez vous, et…bonne lecture !

La section d’Évreux

 

——————————

Mesdames et Messieurs les élus communautaires, chers collègues,

Mardi soir, à l’occasion du Conseil d’agglomération, notre collègue Timour Veyri a été mis en cause par M. Lefrand avec une rare violence, et de manière particulièrement grave.

À la suite du débat sur la délibération numéro 13 relative l’Université d’Évreux, le Président de l’Agglomération a en effet voulu emporter votre soutien et votre vote en mentant délibérément devant la représentation locale.

Ainsi, le maire d’Évreux vous a menti sur des éléments factuels pour lesquels vous trouverez les preuves ci-dessous, à moins qu’il n’ait pas lu ses notes ou n’ait pas su les interpréter convenablement :

Premier mensonge : l’absence  des élus de la majorité au Conseil d’administration du 20 octobre 2017 au cours duquel a été voté la fermeture de l’antenne Tilly.

Le jour du vote de la fermeture de l’antenne de droit de Tilly par le Conseil d’administration de l’Université, ni l’élue titulaire qui représente la Région, Madame Guegot, ni sa remplaçante ébroïcienne Madame Beauvillard, n’étaient présentes pour voter contre la fermeture de l’antenne d’Evreux que finance notre agglomération.

Madame Beauvillard l’a d’ailleurs elle-même admis sur les réseaux sociaux (voir pièce-jointe). Le Président de l’agglomération a quant à lui préféré vous mentir.

 

Deuxième mensonge  – Oui, le département pouvait juridiquement continuer à soutenir l’Université d’Évreux.

Plutôt que d’admettre que les élus du conseil communautaire qui siègent au Conseil départemental ont volontairement voté  le passage de la subvention à l’Université de 323 000 € (2014) à…30 000 € (2017), M. Lefrand a encore préféré vous mentir.

En effet, le Président de l’agglomération a expliqué hier soir que le département de l’Eure n’avait plus le droit de subventionner l’Université à cause de la loi NOTRe.

Or, le texte de la loi NOTRe (ci-dessous) précise exactement l’inverse. À partir du moment où la clause de compétence générale des régions et des départements disparaît, il aurait effectivement été logique que les départements ne puissent plus financer l’enseignement supérieur. Mais c’est exactement l’inverse qu’a choisi le législateur en prévoyant justement que les départements pourront continuer à aider les Universités malgré cette clarification. Voici le texte de loi :

Retrouvez d’ailleurs l’explication de ce texte de loi par le sénateur UMP M. Jean-Jacques Hyest (Rapporteur du texte):  « À partir du moment où la clause de compétence générale des régions et des départements disparaît, il faut s’assurer que la possibilité, pour ces collectivités, de contribuer au financement des sites universitaires et des établissements de recherche implantés sur leur territoire, ainsi qu’aux œuvres universitaires et scolaires, demeure. » (source : site du Sénat – https://www.senat.fr/seances/s201501/s20150119/s20150119007.html )

Troisième point  – Le financement de l’EPN semble bien avoir baissé

  1. Lefrand vous a déclaré que la subvention de l’EPN à l’Université n’avait jamais baissée. Ce n’est pas ce que disent les documents livrés par l’Université de Rouen-Normandie (ici en pièce-jointe) qui font état d’une baisse de 228 283 euros en 2014 à 200 800 euros en 2017…Au-delà de l’invective, il aurait au moins fallu que le Président donne un éclairage sur ces chiffres.

Parce que « qui dit un mensonge en dit cent », nous ne pouvons-nous résoudre à ce qu’un Président de l’Agglomération puisse affaiblir notre institution en  mentant devant la représentation républicaine locale ou en se trompant de façon éhontée.

Enfin, preuve étant faites de ces « erreurs », nous demandons des excuses publiques du Président de l’agglomération à l’égard de notre collègue Timour Veyri.

 

Premiers signataires

Gérard SILIGHINI, conseiller municipal d’Évreux et ancien 1er vice-président du département de l’Eure

Françoise MARTIN, conseillère communautaire d’Évreux-Porte de Normandie

Maryvonne HANNOTEAUX, conseillère communautaire d’Évreux-Porte de Normandie

Maryata KONTE, conseillère communautaire d’Évreux-Porte de Normandie

 

 

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Retrouvez chaque mois la tribune de l'opposition dans le Mag de la ville. Ici, la tribune du mois de septembre envoyée à l'imprimeur deux semaines avant la démission de Nicolas
Le par

Les derniers contenus multimédias