Parti Socialiste - Section d'Evreux
Parti Socialiste - Section d'Evreux

[HOMMAGE] « Michel Leroux, une vie au service des autres »

0 commentaire Le par

 

Leader du PSU à Évreux, Michel Leroux incarnait l’âme de l’Éducation Populaire. (©La Dépêche)

Texte rédigé avec l’aide et le soutien de nos camarades Jacques Caron et Jean-Paul Levourc’h.

Il est des hommes dont l’existence toute entière est tournée vers l’amélioration des conditions de vie de leurs semblables. Avec gratitude et tristesse, les socialistes d’Évreux rendent hommage à l’un d’entre eux, notre camarade Michel Leroux auquel Évreux doit tant.

  Né dans la ville de Mendes France, à Louviers, Michel Leroux était d’abord un militant de ce qu’on appelait la deuxième Gauche. C’était son honneur et sa conviction. Dès le début des années 1960, il se lança donc dans la vie militante par le syndicalisme. A la CFDT forcément. C’était son évidence. Parce qu’avec Michel Rocard, Edouard Depreux, Huguette Bouchardeau et tant d’autres, Michel Leroux croyait fermement à cette gauche engagée en faveur de la décolonisation et en opposition au pouvoir personnel du Général de Gaulle, il décida également de combattre la droite sur le terrain politique et de mettre son talent, son enthousiasme, son habileté au service du Parti socialiste unifié (PSU) dont il devint le secrétaire de section. C’était sa cohérence.

  Michel Leroux voulait également « changer la vie » à Évreux. S’il espérait la Gauche au pouvoir, il voulait tout aussi ardemment agir localement. Ici et maintenant comme le dira plus tard François Mitterrand. Pour cela, il fût avec notre camarade Philippe Bordier un des pionniers de l’Éducation populaire. Dès 1965, il créé ainsi Jeune Cité. C’était un coup de dé. Il en sera le Président 26 ans durant. Pendant 50 ans, il mit ainsi en œuvre ses convictions, et créa le centre de vacances du Chadenas avec l’association Espaces Vacances. Le Front populaire avait créé les congés payés, les camarades d’Évreux mettait le soleil, le grand air, la liberté au service de l’égalité. La Gauche, à Évreux, ne pouvait être mieux représentée.

  En 1965, Michel Leroux s’engage à titre personnel dans l’équipe municipale d’Armand Mandle, puis en 1971 avec celle Augustin Azémia. C’est l’ouverture d’une page municipale essentielle dans sa vie de militant.  Membre du parti socialiste depuis 1972, il représente le parti en 1976  aux élections cantonales du grand canton d’Évreux-Sud. Malheureusement, il lui manque 80 voix pour succéder à Augustin Azémia. Qu’à cela ne tienne ! Dans la foulée de la dynamique de GAM (groupe d’action municipale), il prépare avec Pierre Gaudez, les bases d’un renouveau de la ville d’Évreux, transcrit dans le livre « Évreux, ville modèle »  paru en octobre 1976.  Livre qui quelque mois plus tard servira de ligne directrice à notre camarade Jacques Caron, adjoint à l’urbanisme et au cadre de vie, pour construire  un nouveau schéma d’urbanisme de la ville et dont l’application contribuera au succès de Roland Plaisance.

  Convaincu de l’importance pour Évreux d’avoir un Parti socialiste fort, Michel Leroux,  fut l’artisan de la relance de la section du PS après la perte de la ville en 1977. Il multiplia les initiatives et les invitations, notamment en organisant dès les  semaines suivantes un grand débat au théâtre d’Évreux avec Michel Rocard et Claude Nespoulous, maire de Saint-Lubin des Joncherets, directeur de la Dépêche d’Évreux, journal dans lequel il signait des chroniques sous le nom Aimé Rouxel. Michel Leroux contribua ensuite avec ses amis à faire vivre le club Convaincre, permettant à Évreux d’être durant les années 1986-1990  le centre d’une série de conférences-débats importantes pour la vie locale.

Travailleur infatigable, toujours un chantier en route,  poussant les portes des différentes institutions pour financer ses projets, Michel Leroux n’a pas seulement agi pour son quartier Nétreville, pour sa ville Évreux, pour l’Éducation populaire. Il a pris le temps de laisser pour les militants que nous sommes ses réflexions militantes par écrit dans « Evreux ville modèle 1976 », « Jeune Cité, la fille d’un quartier  2006 » et « Le Monde vu du Chadenas la république des vacances 2013 ».

À son épouse, à son fils Philippe, à sa fille Christine, à sa famille et ses proches, les membres de la section d’Évreux du Parti socialiste présentent leurs sincères condoléances.

La cérémonie d’obsèques aura lieu le vendredi 30 mars

à 10 heures en l’Église de Nétreville, son quartier.

Timour VEYRI, animateur de l’opposition municipale, secrétaire de la section d’Evreux du Parti socialiste

Pour aller plus loin : https://actu.fr/normandie/evreux_27229/pilier-leducation-populaire-evreux-michel-leroux-est-decede_16047635.html

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Cher-e camarade, A la veille des cérémonies du 8 mai célébrant la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie ainsi que l’hommage que le Conseil municipal unanime a souhaité rendre à Arnaud
Le par

Les derniers contenus multimédias