Parti Socialiste - Section d'Evreux
Parti Socialiste - Section d'Evreux

[#Communiqué] UN MAIRE NE DEVRAIT PAS DIRE CELA…

0 commentaire Le par

UN MAIRE NE DEVRAIT PAS DIRE CELA…

 

 

 

 

Invité à s’exprimer sur la crise politique et financière qui divise sa majorité municipale et menace de mener Évreux à la banqueroute, le maire d’Évreux a décrit deux de ses adjoints comme « des meneurs qui essaient (…) de retourner leur veste, voire de faire le trottoir pour avoir une petite place (…) aux prochaines élections ».

Comme tous les Ébroïciens, nous sommes choqués par le glissement progressif du maire vers des formes de plus en plus visibles d’agressivité et de vulgarité. Parler ainsi d’élus de la République n’est jamais approprié.

Ainsi, après avoir dépeint le préfet de l’Eure en « pauvre homme » au Conseil d’agglomération ; considéré la députée de l’Eure de notre circonscription comme une « nobody » ; dit des enseignants que la seule chose qui les intéressait était de « rentrer chez eux à 16heures » ; évoqué les responsables associatifs comme des « gauchistes » ou insulté les acteurs culturels en laissant entendre qu’ils justifient les pires crimes contre les enfants, M. Lefrand a donc une nouvelle fois récidivé.

Le mandat de maire est la plus haute forme d’engagement local. Il appelle des vertus qui lui sont nécessaires pour l’accomplissement de sa tâche : le discernement et l’exemplarité, la retenue et la hauteur de vue.

Nous demandons à M. Lefrand de se ressaisir de s’attacher à protéger la fonction municipale en l’exerçant désormais avec dignité pendant les dix-huit derniers mois de son mandat.

 

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Réaction de la Gauche Rassemblée à la présentation du nouveau DOB lors du Conseil
Le par
Communiqué de Timour VEYRI, Président du groupe d’opposition municipale « La Gauche Rassemblée » GUY LEFRAND DIVISE LA DROITE, ET MULTIPLIE LES DETTES Démagogie, mégalomanie, mauvaise gestion : depuis quatre ans, les finances de la
Le par

Les derniers contenus multimédias